J’ai hâte de chasser !

Il pleut beaucoup depuis que le général nous a fermé la porte. Un temps long, trop long, si long qu’il semble être une éternité. Et combien il est difficile d’attendre quand on n’a pas d’autre choix que de l’endurer. Six mois… Pas pour faire un drame, pourrait-on dire, mais ces six mois semblent des années si l’on fait attention à leur lent passage. C’est un long voyage qui prendra peu de temps, car la campagne contre les cailles dure aussi longtemps qu’un léger soupir, mais cela ne veut pas dire que je ne vais pas en profiter.

Combien j’ai envie de chasser !

Je reçois les mêmes vieilles questions : Les vacances d’août approchent, et bien qu’il semble que chaque année soit la même, chaque année est différente. Les questions coïncident, ces mêmes doutes qui m’assaillent toujours à ce stade : « Y aura-t-il des cailles à l’ouverture ? « Auront-ils bien élevé ? » « Comment sera la récolte ? » « Est-ce que ce sera une bonne saison ? »

Il y a aussi l’espoir et l’attente de trouver une réponse positive à toutes ces questions, ce qui donnera lieu à une saison du souvenir. Ce qui est différent, ce qui change constamment, c’est la réalité que nous rencontrerons le jour désigné, mais c’est quelque chose qui échappe à notre contrôle. S’il y a une chose que j’ai apprise, c’est qu’en fin de compte, peu de prédictions sont valables, alors… Quelle différence cela fait-il ?

Découvrir des territoires de chasse

L’important n’est pas de chasser, mais d’être en train de chasser
Ce qui est important, ce que je désire, ce que je peux maîtriser, c’est cette expérience de chasse qui, année après année, génère en moi un état de plénitude incomparable.

Ces moments de liberté au milieu de la campagne, accompagnés de mes monteurs, sans tâches en suspens, sans horloges, sans engagements, juste attentifs aux dessins que cette brave nature nous a préparés. Et en fin de compte, quand la journée sera terminée, je me ficherai de m’en pendre dix ou cent, car le diable, aussi vieux soit-il, m’a appris que l’important n’est pas de chasser, mais d’être en train de chasser. Et… Comme je veux chasser !

Un câlin et en route vers les montagnes ! Je suis sûr que vous avez beaucoup à apporter et nous sommes impatients de l’entendre. Je vous encourage donc à laisser un commentaire sur le formulaire avec votre opinion. Et si vous avez aimé ce post intitulé : Combien je veux chasser, vous pouvez le partager dans vos réseaux sociaux à partir des boutons à la fin de l’article.

10 Mesures pour la chasse durable de la perdrix

Si je me suis mis sérieusement il y a quelques mois à parler de la gestion des cailles, cette fois je vais sortir la hache pour censurer ces « bouchers avec un permis de chasse » qui n’ont ni la connaissance ni le moindre respect pour l’oiseau qui leur donne l’occasion de se sentir comme des chasseurs.

Même s’ils sont loin de l’être et ne sont pas en mesure de comprendre l’ampleur de ce titre.

Je suis conscient que ce post va soulever des critiques dans les fusils de chasse habituels, car à force d’appuyer sur la détente, ils vivent entourés d’un nuage de poudre qui les empêche de voir au-delà de leur propre nez.

Bécasse

Il ne faudra pas longtemps pour qu’ils se présentent avec leurs habituelles excuses banales, si rhétoriques, usées et ridicules, qu’ils ont réussi à se mettre à la hauteur de la plus grande stupidité animale.

Vous entendrez la musique à coup sûr… « C’est juste qu’en Estonie… », « C’est juste qu’en France… », « Pourquoi allons-nous nous baiser pour que les autres puissent faire ce qu’ils veulent ? », « Pourquoi allons-nous nous limiter, si l’Europe ne se limite pas ? »…

« Il y a encore des gens si obtus qu’ils sont incapables de comprendre qu’en allant chasser les sourds tous les jours de la semaine, la pression que nous exerçons sur l’oiseau est absolument excessive. »

A un moment donné, j’ai essayé d’expliquer combien il est nécessaire de garder notre maison propre, avant de critiquer les ordures du voisin.

Mais je vais plus loin que cela, car c’est une question de cohérence personnelle.

Je pense qu’il est important que l’on se sente bien dans sa peau, simplement en faisant les choses correctement et en ne se joignant pas à la folie générale, en participant aux erreurs globales.

Même si vous êtes soutenu par la loi, lorsque vous êtes conscient qu’une action est négative et non conforme à la logique, au bien-être et à la viabilité du boursier, vous devez cesser de la pratiquer et ne pas vous fier aux règles pour continuer à faire ce que vous faites.

Eh bien, c’est ça !

Chasse à la perdrix

Durabilité du boursier : mesures éthiques et juridiques
Je distinguerai ces mesures en deux catégories : juridiques et éthiques.
Car les premières sont des propositions qui devraient être introduites dans la réglementation légale régissant cette discipline de chasse, visant à optimiser la conservation et la durabilité de la bécasse et à exercer un contrôle plus important, afin que personne ne fasse ce qu’il veut sans en payer une lourde peine.

Et les autres répondent à une valeur et un respect plus éthiques.

Des propositions que nous ne verrons jamais dans un quelconque ordre d’interdiction, mais que nous devrions tous intérioriser, assimiler et mettre en pratique, car c’est cela la chasse, le respect, l’éthique, la justice et la conservation.

Prenons les légales, qui génèrent sûrement moins de sauce.

Ou pas, qui sait…

Allons-y avec les mesures légales…

Chasse à cour et autre type de chasse

Des exemples tels que celui du terroriste qui a tué une femme sourde le 8 septembre ne peuvent rester dans les limbes, car il n’y a aucune raison logique ou intelligente d’expliquer cette action.

Ceux qui entrent dans la réserve la nuit pour essayer de tuer les femmes sourdes qui se nourrissent encore dans les brañas, sont punis à titre d’exemple, de la chasse et d’autre chose.

Il en va de même pour tous ceux qui ne respectent pas les quotas, car je ne trouve pas de raisons pour justifier ce manque de responsabilité, même s’ils ne savent pas compter…

Parce qu’il y a des jours qui me donnent envie de dire une prière à l’oiseau à l’aube et j’en ai probablement besoin…

Des exemples comme celui d’il y a quelques saisons, lorsque nous avons eu plusieurs « jours de chance » en raison des fortes chutes de neige en Castille.

Des jours où nous savions déjà, avant même de quitter la maison, que les montagnes des zones côtières allaient être peuplées par des bécasses nouvellement arrivées, épuisées et manquant de nourriture.

Des jours où, au lieu de profiter de l’occasion pour sortir les chiots ou simplement pour se retenir un peu et profiter des chiens, il y avait ceux qui essayaient de « faire la saison » en frappant « face de chien » autant qu’ils le pouvaient.

Ces gens ne méritent même pas d’être arrosés, et encore moins d’être regardés, ils me dégoûtent !

La chasse en battues

Cet article ne devrait pas nécessiter de mention, mais il y a encore des personnes qui défendent cette option avec leur épée et leur cape, peut-être parce qu’elles confondent un torcaz ou une grive, avec un sourd, mais je suis désolé, ce sont des choses différentes qui n’ont aucun point de comparaison.

Traitez-moi de puriste si vous en avez envie, je l’accepte, mais la chasse à la bécasse ne consiste pas à arriver avec la voiture et à s’asseoir dans une stalle.

L’essence de sa chasse est très bien représentée par le chien et, en tant que tel, il doit être celui qui joue le rôle principal et nous sert avec chaque distribution.
Durabilité de la bécasse | Chasse durable de la bécasse | Carnet de chasse

Fédération départementale de chasse

Parmi les propositions du CCB, que j’ai commentées dans un autre post il y a quelques mois, j’ai soutenu leur initiative visant à rendre les jours de chasse plus flexibles, car il y a beaucoup de collègues qui, pour des raisons professionnelles, ne peuvent pas aller à la montagne le week-end.

Mais ce qui ne peut pas être consenti, c’est que dans certaines provinces du pays, il est permis de chasser presque tous les jours de la semaine.

Et il y a ceux qui ne le comprennent pas, alors qu’en réalité, ce qui est difficile à comprendre, c’est qu’il faut encore investir du temps pour expliquer, que si vous sortez jour après jour pour chasser les sourds, vous ne leur accordez pas un seul repos et que la pression que vous exercez sur eux est excessive.

Deux ou trois jours de chasse par semaine sont plus que suffisants pour que le chasseur puisse en profiter et pour que l’oiseau vive plus paisiblement.

Et en échange, un autre jour de dogging, que nos chiens n’ont pas tant besoin de mordre, que de trouver des lancers sur lesquels apprendre et d’ailleurs, on en profite pour faire une photo cool, qu’après tant d’années, il y a des chasseurs qui n’ont toujours pas une image misérable de leurs chiens en échantillon.

Dates de début et de fin de la saison de la chasse à la perdrix

Le mois de février est le dernier du calendrier de la chasse, bien que j’aime la possibilité de pouvoir sortir avec nos chiens à ces dates.

Mais octobre aussi.

Un mois de plus, nous pourrions profiter de nos chiens.

De cette façon, nous permettons qu’au moins la première entrée des bécasses, se fasse calmement et ne reçoive pas une punition suicidaire dès qu’elles atterrissent, alors qu’elles sont encore très maigres et sans avoir le temps de s’adapter à leur « nouvel » habitat.

J’imagine que c’est « une honte » de perdre cette douce entrée, qui nous permet d’abattre de simples oiseaux dans n’importe quel coin, au lieu de devoir travailler sur leurs lancers alors qu’ils ont déjà préparé leur abri et que la demande se multiplie, mais je trouve de moins en moins de satisfaction à voir une femme sourde mince, épuisée et désorientée sur le bord d’une route.

Je préfère qu’elle me rende la tâche difficile, que sa chasse soit un vrai défi et je la considère aussi comme plus juste, parce que c’est là qu’elle peut mettre en valeur ses grandes conditions de survie et la satisfaction, après avoir résolu un plâtre, est beaucoup plus intense.

Contrôle des captures et permis de chasse

Les phoques, quelque chose qui se fait déjà en France sans discussion, me semblent un outil super intéressant comme mesure pour compliquer l’existence de ceux qui vivent en permanence du côté obscur de la chasse.

Les scellés sont datés et portent notre numéro de licence.

Et pour ceux qui sont pris avec une femme sourde non scellée, nous appliquons l’outil de chasse et de cueillette de champignons 155.

Aucun chasseur responsable ne devrait être gêné par une initiative visant à contrôler ceux qui ne le sont pas.

Et avec le livre des phoques, un petit document de captures, car en plus de les chasser, nous avons l’obligation de contribuer à accroître les rares connaissances que nous avons sur cette migration.

Ne vous inquiétez pas, les informations que vous partagez ne vont pas aider les autres à aller à la chasse…

Durabilité de la bécasse | Chasse durable de la bécasse | Carnet de chasse

Et maintenant, l’éthique cynégétique

Durabilité de la perdrix : le chien de chasse

Chien-chasse

Vous savez que je ne comprends la chasse aux sourds qu’à travers le chien, en respectant et en honorant son travail, car c’est pour cela qu’il est le personnage principal.

Il s’ensuit que je ne pense pas qu’il soit éthique de faire craquer une femme sourde au sol, qu’elle nous jette par terre, qu’il lui arrive de passer devant nous, qu’elle n’est même pas bloquée par le chien, ou qu’elle se retrouve prise dans les branches et que nous en profitons pour lui mettre les trois cartouches, de peur qu’elle ne mette plus tard notre habileté à l’épreuve et qu’elle parte avec plus de vie qu’elle n’en avait.

Je ne comprends pas non plus l’envie de le filmer à tout prix et d’empêcher la « possibilité dramatique » qu’il s’échappe, avec le plaisir qu’il y a à prendre ses repères et à foncer.

Le chien doit mordre, mais surtout, il doit lancer.

Une personne sourde que vous élevez cinq fois, ce sont cinq nouvelles expériences que vous accordez au chien, ce qui suppose un grand privilège formateur.

En revanche, si vous le renversez d’une manière ou d’une autre, vous avez gâché « le jouet » et personne ne garantit que vous en trouverez un autre.

Pensez-y…

Fusils de chasse « spécial bécasse », à canon rayé et à cartouches hyperdispersives

De la même manière que j’apprécie le travail du chien, je suis un amoureux de la chasse éthique et équitable, donc ce type d’avantage sous forme de fusils de chasse qui s’ouvrent comme des parapluies et de « cartouches de parapluie », qui multiplie encore les possibilités de couper la viande, je n’aime pas.

Comme en général, je n’aime pas les gadgets qui dispensent le chasseur de faire un effort et d’améliorer ses compétences.

Si vous ne visez pas bien, faites preuve d’intelligence et de pratique, ne cherchez pas de raccourcis.

Et si vous les utilisez, au moins ne vous en vantez pas sur les réseaux sociaux de haut vol, car même ma fille de 6 ans frapperait une mouche si elle avait la force de tenir son fusil.

« Le jour où il n’y aura plus de fusils de chasse dans nos montagnes, les photos avec des cintres encombrants feront place aux photos de chasse. »

Avec l’émergence de ce type de chasse, une multitude de compléments et d’accessoires ont commencé à être commercialisés, visant à mettre le chasseur dans une assiette, en minimisant les erreurs découlant de son manque d’expertise.

Et je crois que nous devons parvenir à un équilibre qui nous permettra de continuer à être justes envers l’espèce et de lui donner cette petite chance de survie qui se fait de plus en plus rare.

Pouvez-vous imaginer deux chasseurs face à un décor, avec des « parapluies » de ce type à la main et 6 « cartouches de parapluie », attendant que la bécasse se casse en vol ?

La Déesse de la Fortune peut vous apparaître, car sinon…

Tout un exploit, hein ?

Durabilité de la bécasse | Chasse durable de la bécasse | Carnet de chasse

Durabilité de la perdrix; Si vous chassez en groupe, contrôlez-vous un peu…

Je chasse généralement seul avec mes chiens et parfois avec un ami ou un membre de ma famille.

C’est pourquoi je suis conscient des avantages qui, dans cette modalité, impliquent de profiter d’un fusil de chasse à côté de vous qui couvre les sorties que vous ne pouvez pas atteindre seul.

Mais cela ne peut pas devenir un modèle de « chasse à la main », dans laquelle un oiseau est abattu, va, vient, parmi tous les fusils qui l’entourent.

Pour préparer les perdrix après les avoirs eues en plein vol, il vaut mieux avoir un bon couteau de chasse sous la main.

Parce qu’alors nous revenons à l’exemple précédent et nous pervertissons l’essence même d’une chasse qui crie le contraire.

Et bien qu’il soit légalement autorisé, qu’en chassant en groupe on puisse abattre 6 ou 9 bécasses, ce massacre est-il vraiment nécessaire pour profiter d’une belle matinée de chasse ou est-ce plus une question d’ego que de faire plus tard du proxénétisme devant les palmeros ?

Chasser la faune sauvage

Il n’y a pas si longtemps, je suis tombé sur la publication, dans un forum de chasse, d’un tarugo qui montrait une photo avec une femme sourde suspendue à sa main et demandait si quelqu’un connaissait le nom de l’espèce.

Puis il a fait valoir qu’il était originaire du sud du pays et que dans sa région, ces oiseaux étaient pratiquement résiduels.

Et je me demande… ? Si vous ne savez pas ce que c’est, pourquoi diable le tuer ?

Et si ce n’est pas une espèce de chasse ou si c’est un oiseau en voie de disparition ?

Mais rien. D’abord on tire et ensuite on demande…

Il s’agit certainement d’un cas isolé, mais il résume parfaitement l’état de fait que nous devons éliminer d’urgence du collectif.

Des personnes qui ne comprennent la chasse qu’en tuant, en tuant et en tuant, sans préjugés ni modestie d’aucune sorte et exemptes de toute valeur éthique.

Et ce sont eux, et aucun autre, qui font tant de tort à la bonne réputation de la chasse, du collectif et de ceux qui se considèrent fièrement comme des chasseurs, parce qu’ils comprennent vraiment ce que c’est et ce que cela implique.

Si vous ne voulez pas vous former à la chasse, apprenez au moins à être à l’affut

Combien de chasseurs sont encore incapables de faire la différence entre une bécasse adulte et une jeune bécasse ?

Il est compliqué, à première vue, de différencier un mâle d’une femelle, mais il y a beaucoup d’autres curiosités qui échappent encore à la connaissance de beaucoup.

Vous n’avez pas besoin de vous inscrire à un cours de formation, mais apprenez quelques trucs sur cette espèce qui vous passionne tant.

Grâce à cette connaissance, je suis sûr que vous augmenterez considérablement votre respect pour elle.

Durabilité de la bécasse | Chasse durable de la bécasse | Carnet de chasse

Conclusions sur la chasse durable à la bécasse
Ce n’est pas parce que nous parlons d’un oiseau migrateur, sur lequel nous avons peut-être peu d’impact sur sa gestion, que nous pouvons nous permettre de faire ce que nous voulons, en négligeant la nécessité de nous concentrer sur son équilibre plutôt que sur nos intérêts.

C’est pourquoi nous devons changer les habitudes et introduire des mesures qui soient en accord avec la durabilité de la bécasse et qui, en outre, servent à ouvrir la porte aux bouchers du moment, puisque ce sont eux qui décideront de partir d’eux-mêmes.

Ainsi, il ne restera que ceux d’entre nous qui comprennent la chasse du point de vue de la vie et de la conservation, du point de vue de l’éthique et du respect maximal de chaque espèce.

Et nous cesserons de voir des photos avec des perchoirs encombrants, pour faire place à des images de chasse.

Il n’y aura plus de palpeurs applaudissant les tireurs qui sautent les quotas jour après jour.

Et dans les réseaux sociaux, nous raconterons nos expériences et « comment nous les avons chassés », au lieu de « combien nous en avons chassés ».

Et ceux qui aujourd’hui hésitent à télécharger une photo en décembre, avec leur premier boursier de la saison, n’auront plus honte et seront heureux de partager leurs expériences.

Un câlin et en route vers les montagnes !

Je suis sûr que vous avez beaucoup à apporter et nous sommes impatients d’avoir de vos nouvelles, c’est pourquoi je vous encourage à laisser un commentaire sur le formulaire avec votre opinion.

Et si vous avez aimé celui-ci avec mes mesures pour améliorer la durabilité de la bécasse, vous pouvez le partager dans vos réseaux sociaux à partir des boutons à la fin du post.